lundi 2 juin 2014

Le village de Turballos

D'origines pré-islamiques, le village de Turballos situé en pays valencien est constitué d'une vingtaine de maisons et d'une modeste église pré-romane. Le village a subi plusieurs vagues d'exodes, la première en 1515, quand on invite vingt-cinq résidents de Muro d'Alcoy à le repeupler et en 1609 avec l'expulsion des Maures.


Turballos restera quasiment inhabité jusqu'à la fin des années 60 lorsque le Père franciscain Vincent Micó, inspiré par Lanza del Vasto et Gandhi, y crée une communauté religieuse pacifiste, écologiste et autarcique, composée aujourd'hui d'une quinzaine de personnes.

Père Vincent

Deux fois par jour, les villageois se rendent à l'église et font vœux de silence d'une demi-heure. On se retrouve également lors des repas en commun et dans une maison conventuelle. Le village est autonome en termes énergétique (panneaux solaires), alimentaire (chaque maison possède son propre potager), on y tisse même ses propres vêtements.


Alors que l'humanité se cherche de nouveaux modèles économiques et identitaires, la communauté de Turballos, bien que religieuse, est certainement un exemple à considérer.