dimanche 4 juin 2017

Ca Pinet, le sanctuaire de Valence


Tàrbena est un petit village de montagne espagnol situé à une trentaine de kilomètres de la cité bétonnée de Benidorm. C'est en 1974 que Jeroni Moncho "Pinet" et sa femme Anita y fondent le bar restaurant Ca Pinet (chez Pinet) qui va devenir en quelques années une institution de l'Alicante intérieur. Le "sanctuaire de Valence" comme l'a défini l'auteur Manuel Sanchis Guarner.

 José Martorell Llorca "Pinet"

Jeroni est le petit fils de José Martorell Llorca "Pinet", l'un des derniers bandits de grand chemin de la région d'Alicante qui a toujours échappé aux autorités. Une légende qui va influencer son petit-fils en faisant de son restaurant un musée vivant de la gauche révolutionnaire. On y déguste des plats locaux au milieu d'affiches, drapeaux et portraits tout en écoutant des chants de lutte, l'Internationale étant programmée toutes les trois chansons. Devenu un véritable lieu de pèlerinage de la gauche valencienne, on découvre des photos de visiteurs célèbres et les autographes d'intellectuels, politiques ou membres des Brigades Internationales.

La nouvelle salle du restaurant

Les dernières années ont été difficiles avec une lutte contre la mairie de Tàrbena qui ne souhaitait pas renouveler le bail de location. Les pétitions et soutiens de grandes figures locales n'auront pas suffi et c'est donc au village de Alacali, de l'autre côté du Col de Rates, que Ca Pinet a trouvé refuge. C'est le fils de Jeroni et sa femme qui vous reçoivent désormais dans une battisse de 350m2, un mal pour un bien car le gain de place comparé au petit bar de Tàrbena va permettre d'organiser des évènements culturels. De gauche.